Ces principes ne sont d’ailleurs pas spécifiques au monde du travail et personne ne sait aujourd’hui ce que l'économie du futur exigera. Le but principal est finalement de former des jeunes qui s’adaptent au changement. C’est pour cela que selon l’auteur il faut adapter l’enseignement à ces nouvelles compétences et de préparer les étudiants à une adaptation permanente.

 

Groff distingue alors 7 situations d’apprentissage qu’il faut prendre en compte pour modifier sa pratique :

 

 

- Les apprenants doivent être au centre de ce qui arrive dans la salle de classe avec des activités qui développent leur motivation et leur implication. La tablette en classe permet de mettre en activité les élèves. Si le concept de « classe inversée » va très loin, on peut déjà favoriser la mise en activité des élèves et le travail collaboratif.

 

  • L’apprentissage est une pratique sociale et ne peut pas arriver seul. "Par notre nature nous sommes des êtres sociaux et nous apprenons en interagissant," dit Groff. "Nous apprenons en poussant et mettant des concepts entre eux." Le travail en groupe structuré, collaboratif peut être bon pour tous les apprenants; il stimule les gens de différentes façons.

 

  • Les émotions sont une partie intégrante de l'apprentissage. Les étudiants comprennent mieux des idées quand il y a interaction entre les émotions, la motivation et la connaissance. Il ne faut pas se réfugier derrière une attitude « froide », mais au contraire montrer aux jeunes que l’on interagit avec eux.

 

- il faut varier les situations d’apprentissage ! Il faut libérer les pratiques pédagogiques, innover et permettre à tout les étudiants de s’exprimer à leur manière.

 

 

  • Les étudiants doivent être concentré et en tension, mais pas trop. Il est primordial de trouver un équilibre entre le plaisir de venir à l’école et la surcharge de travail.  Le contenu doit être important et ambitieux mais ne doit pas décourager le jeune. Il faut stimuler le goût de la découverte.

 

-  Les évaluations devraient être là pour mesurer la capacité du jeune à passer à l’étape suivante. L’évaluation n’est pas une sanction mais une étape d’apprentissage.

 

- L’apprentissage doit désormais être connecté car la connaissance s’étend au monde entier. L’apprentissage prend un aspect concret lorsque les étudiants comprennent pourquoi la connaissance leur sera utile. Synthétiser l’information et la connaissance est une compétence essentielle dans les métiers de demain.

 

Beaucoup de ces principes paraissent évident et bon nombre de professeurs appliquent déjà ces préceptes. Mais dans des systèmes figés, très bureaucratiques et résistants au changement ils peuvent paraitre impossible.

Il faut que la formation des enseignants encourage l’innovation, ce qui n’est pas toujours le cas. Le système reproduit ses valeurs et manières de penser, et même certains jeunes sont hostiles au changement. Les innovateurs doivent convaincre et lutter pour imposer leurs idées.

The Nature of Learning : using Research to inspire Practice