Le remplacement des ordinateurs dans un établissements scolaire :

 

5 raisons de ne pas négliger le cycle de vie d’un PC

Les écoles n’ont pas beaucoup de moyens … et l’investissement dans une salle informatique est souvent lourd … Prolonger au maximum la durée de vie d’un PC peut être tentant d’un point de vue financier. Quelques mois supplémentaires d’utilisation permet évidemment de retarder l’achat d’un nouvel équipement, mais cela présente également quelques inconvénients. Alors qu’un ordinateur récent améliore la productivité et offre de meilleures garanties de sécurité, ignorer la réalité du cycle de vie d’un PC engendre des risques de natures très variées.

 

Des coûts de maintenance en hausse

 

La situation est très simple : plus un PC vieillit, plus ses coûts de maintenance grimpent. Plusieurs raisons à cela : les ordinateurs anciens sont plus susceptibles de rencontrer des problèmes et réclament donc d’avantage d’interventions de la part des équipes informatiques ; un temps/homme qui a logiquement un coût pour l’établissement. Certains composants matériels peuvent également tomber en panne et nécessiter un remplacement, comme le ventilateur par exemple.

 

Une sécurité en faillite

 

Maintenir les classes en fonctionnement est une priorité. Et un PC ancien représente un risque. Les logiciels qu’il utilise sont potentiellement obsolètes et donc soumis à des failles de sécurité. Les applications non mises à jour et intégrant des vulnérabilités connues sont des cibles privilégiées pour les cybercriminels.

Les ordinateurs plus récents offrent, aussi bien en termes de matériel que de logiciel, des fonctions plus actualisées.

 

Une qualité en berne

 

Cela peut sembler évident, mais un ordinateur récent est plus performant qu’une machine sortie il y a 3 ans : ils sont plus rapides, tombent moins en panne et peuvent exploiter les dernières applications à leur maximum. Avec des postes anciens, les classes perdent donc inévitablement en qualité.

Plus un PC reste en activité, plus il stocke d’éléments qui finissent par le ralentir. Dès l’instant où l’utilisateur le démarre le matin, il est en retard par rapport à des machines récentes qui se lancent presque instantanément.

 

Des formats dépassés

 

Les enseignants d’aujourd’hui ne comptent pas que sur leur PC de bureau pour réaliser leur mission. Ils utilisent des ordinateurs portables, des smartphones ou des tablettes et ont besoin d’une grande agilité pour pouvoir travailler de n’importe où et n’importe quand.

 

 

La question de l’investissement en matériel est donc essentiel dans un établissement scolaire et le choix du matériel doit de toute façon intégrer un renouvellement et/ou une mise à niveau permanente.