Mirage est développé par Marc Aurélien Chardine, professeur de sciences physiques au lycée Pierre Corneille à Rouen. Toutes les applications de réalité augmentée ou virtuelle développées ici, proposent une intégration pédagogique laissant place à l’appropriation des contenus, l’analyse d’une problématique, la communication et la collaboration entre les élèves. Marc Aurélien a d’abord développer des applications autour de sa matière mais l’application va désormais largement déborder de ce cadre.

 

La réalité augmentée se développe dans les écoles avec une technologie qui a un fort potentiel pédagogique. Pour les élèves, il est souvent difficile de faire le lien entre le schéma théorique d’une expérience et l’expérience réelle. La réalité augmentée permet de résoudre le problème en permettant de mélanger les deux.

 

La réalité augmentée permet d’incruster des objets virtuels sur des « tags », qui sont des figures géométriques imprimées. Le but est de pouvoir observer sous tous les angles un objet sans interface homme/machine, en faisant pivoter une carte et pouvoir utiliser ce support aussi bien en classe qu’à la maison.  L’application Mirage tente d’apporter de nouveaux outils pour les professeurs afin de rendre leur enseignement plus attractif.

 

Vous êtes professeur ?

Les applications Mirage apportent de nouveaux outils pour les professeurs de toutes matières afin de rendre leur enseignement plus attractif.

 

Le projet Mirage consiste à créer une sorte “d’app store” d’applications gratuites de réalité augmentée créées pour être intégrées facilement dans des activités pédagogiques conformes au programme.

L’élaboration du projet s’est faite selon plusieurs axes au fil du temps.

 

Mirage

 

Le premier axe qui a été développé est l’utilisation de la réalité augmentée pour la représentation de l’infiniment petit. La géométrie des molécules (entre autres) a été l’axe principal de développement car l’étude de leur géométrie occupe une place importante dans les connaissances attendues d’un lycéen. La manipulation d’objets microscopiques au creux de la main accélère le processus de compréhension. L’autre avantage est de pouvoir afficher des flèches, des informations, des indices à coté ou en surimpression de l’objet observé ce que ne permettent pas les logiciels de visualisation de molécules en 3D classiques.

 

Le deuxième axe consiste à étudier le concept d’expérience augmentée. L’idée ici est de créer un affichage tête haute qui incruste des informations directement sur une expérience.
on a souvent ce genre de question en cours : ‘Mais M’sieur, on doit mesurer quoi sur l’expérience en fait ?”

Si l’élève ne voit pas vraiment quel angle mesurer sur un dispositif expérimental, la réalité augmentée va l’orienter dans sa compréhension d’un formalisme (des angles, des mesures).

 

Le troisième axe est l’ouverture du projet aux autres matières :

• Les mathématiques avec l’étude de la géométrie dans l’espace.

• L’histoire géographie avec l’intégration de modèles de bâtiments de Google Earth pour étudier une architecture ou la topologie d’un lieu.

• L’apprentissage de la lecture avec la création d’un zoo associant l’animal en 3D et la prononciation de son nom.

 

• et plus si d’autres professeurs veulent collaborer.

 

Découvrez le projet ici